collapse

Auteur Sujet: LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]  (Lu 6994 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #79 le: 23 septembre 2013 à 10:47:16 »
Pourquoi Noël Mamère porte plainte à Chambéry ?


Le député vert de Gironde et trois autres parlementaires déposent plainte auprès du parquet de Chambéry pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Quatre députés écologistes (EELV) dont Noel Mamère déposent plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui" auprés du parquet de Chambéry. Ils entendent ainsi dénoncer la "pollution croissante" issue selon eux "des mesures gouvernementales qui favorisent la circulation des poids lourds dans les Alpes".

"limites et capitulation de la conférence gouvernementale"

Cette plainte est surtout maniére pour ces opposants au projet Lyon-Turin de militer à nouveau pour l'amélioration de la ligne ferroviaire existante entre la France et l'Italie, "projet pharaonique et inutile" pour ces députés qui jettent un pavé dans la mare au moment disent ils "où la conférence environnementale est en train de montrer ses limites et ses capitulations devant les grands lobbys routiers".



Source : francebleu.fr

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #78 le: 22 septembre 2013 à 10:22:43 »
Quatre élus écolos portent plainte pour sauver l'air de la montagne


Quatre députés EE-LV déposent une plainte contre X visant les politiques favorisant le fret et les poids lourds qui polluent les Alpes.

En pleine Conférence environnementale, quatre députés écologistes mettent les pieds dans le plat. Michèle Bonneton (Isère), Noël Mamère (Gironde), Paul Molac (Morbihan) et Francois-Michel Lambert (Bouches-du-Rhône) signent une «plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui par abstention dans les Alpes» adressée au procureur de la République de Chambéry.

Une plainte de cinq pages, qu’ils rendront publique en début de semaine. Objet de leur ire: ces mesures gouvernementales qui continuent à favoriser le fret routier et la circulation des poids lourds en altitude, qu’ils empruntent le tunnel de Mont-Blanc ou le tunnel routier du Fréjus.

Santé publique

Un vrai problème de santé publique pour les élus verts, puisque ce choix aggrave l’intense pollution atmosphérique dont souffrent déjà les vallées alpines, ces régions où les citadins continuent naïvement à venir chercher le «bon air de la montagne» et expose les populations locales aux émissions des moteurs diesel: oxyde d’azote et particules fines, classées cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer en juin 2012. La ligne ferroviaire qui relie Lyon à Turin a une capacité de 20 millions de tonnes mais n’est utilisée qu’à 17% de sa capacité, déplorent les élus. Un argument qui selon Noël Mamère, souligne aussi l’absurdité du projet de la ligne à grande vitesse Lyon Turin, «dispendieux, pharamineux et surtout inutile».

Le coup de gueule des députés verts pointe les contradictions entre les déclarations gouvernementales et les actes. Entre «les belles envolées sur la transition énergétique», souligne Noël Mamère et le décret adopté fin 2012 portant «à 44 tonnes le tonnage autorisé des poids lourds» ou le «report, début septembre, de l’éco-taxe pour les poids lourds» ou encore «le maintien de l’avantage fiscal du diesel sur l’essence» ou le maintien de niches fiscales nuisibles à l’environnement «comme ces 300 millions d’euros accordés aux entreprises qui disposent d’une flotte de véhicules diesel».


Source : liberation.fr

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #77 le: 04 septembre 2013 à 15:43:00 »
En Rhône-Alpes, l'opposition s'élargit


Pour les opposants, mieux vaut mener une amélioration des infrastructures existantes, moins coûteuse.

Encore timide par rapport aux « No TAV » italiens, l'opposition au projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin prend de l'ampleur en Savoie et en Rhône-Alpes. «  On est certainement plus nombreux que les partisans du projet », se gausse Daniel Ibanez, économiste et membre de la coordination des opposants au Lyon-Turin, qui conteste l'utilité publique d'un projet «  indécent », en se basant notamment sur des projections de trafic de fret qu'il estime sans commune mesure avec les évolutions constatées ces dernières années.

Pour ce Savoyard, il est préférable d'améliorer les liaisons actuelles entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry et entre Aix-les-Bains et Annecy. Ce projet d'un coût compris entre 500 millions et 1 milliard d'euros permettrait de ramener le temps de parcours entre Paris et Chambéry à 2 h 40 au lieu de 2 h 50, dix minutes de plus que celui de la nouvelle ligne TGV, mais pour un coût très nettement inférieur.

Les arguments de la coordination des opposants sont de plus en plus partagés. Depuis mars 2012, les syndicats agricoles de Savoie dénoncent une «  grande braderie de terrains agricoles » et un «  gaspillage de terrains agricoles ».

Député de Savoie et maire d'Aix-les-Bains, Dominique Dord (UMP) est, lui, un opposant de plus fraîche date. Celui qui soutenait la création d'une nouvelle voie ferrée à grande vitesse depuis les années 1990 assume ce «  changement de cap » dans le droit-fil de l'avis de la Cour des comptes, fin 2012, et du rapport Duron, remis en juin, sur les infrastructures. «  Maintenant, ça suffit, il ne faut plus compter sur moi pour défendre l'indéfendable », écrit-il sur son blog mettant en cause les arguments avancés par Réseau Ferré de France et LTF (Lyon Turin Ferroviaire).

Deux « causes » à défendre

Pour l'élu savoyard, il y a «  urgence à remettre les pieds sur terre », et deux «  causes » sont à défendre dans le contexte financier actuel : «  Diminuer le temps de transport entre Annecy et Paris par l'aménagement de la ligne existante, et protéger de toute nuisance environnementale la ligne historique le long du lac du Bourget. »

Le député se retrouve ainsi sur la même ligne que les élus régionaux EELV (Europe Ecologie-Les Verts) qui réclament de leur côté la mise en place d'une «  éco-redevance sur le fret routier à un niveau conséquent, à l'instar de la Suisse, pour financer des infrastructures alternatives à la route ». A l'inverse, le président du Conseil régional de Rhône-Alpes, Jean-Jacques Queyranne, figure parmi les fervents partisans du projet. Il a ainsi qualifié de «  très bonne nouvelle » la récente déclaration d'utilité publique des travaux pour créer un accès au chantier.


Source : lesechos.fr

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #76 le: 04 septembre 2013 à 15:31:18 »
Les nuages s'accumulent sur le projet Lyon-Turin


Certains travaux viennent d'être déclarés d'utilité publique. Cette décision administrative ne lève pas les interrogations sur la suite.

Il ne faut pas se fier aux apparences. La semaine dernière, un décret publié au « Journal officiel » a déclaré «  d'utilité publique » les travaux destinés à créer un itinéraire d'accès au chantier de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, ce qui a suscité une levée de boucliers chez les opposants à ce projet. Le Parti de gauche a ainsi évoqué un «  déni de démocratie », et demandé un « moratoire immédiat ». En réalité, le premier coup de pioche n'est pas pour demain. «  Il s'agissait d'assurer la continuité juridique du projet, décrypte une source proche du dossier. Cette déclaration administrative était nécessaire pour ne pas perdre le bénéfice des études déjà engagées, mais elle ne présage en rien du calendrier des travaux. »

Une analyse confirmée par le député UMP Dominique Dord, lui aussi opposé, au projet, qui ajoute : « Le gouvernement se donne quinze ans pour commencer les travaux… Ce qui en dit long sur sa capacité (sa volonté ?) de passer aux travaux pratiques ! » Ce délai serait toutefois standard, selon un expert. Mais comme le résumait le magazine spécialisé « Ville, Rail et Transports » dès cet été, «  depuis des années, on fait ce qu'il faut pour que le projet ne meure pas, rien pour qu'il vive ». De fait, le Lyon-Turin continue son cheminement administratif, mais la question du financement n'a toujours pas été éclaircie, et il ne cadre pas avec la doctrine en matière d'infrastructures établie cet été par le gouvernement.

Sujet embarrassant

A l'évidence, celui-ci est embarrassé par le sujet : le Lyon-Turin fait l'objet d'un traité intergouvernemental signé avec l'Italie, ce qui limite sa marge de manoeuvre, mais le projet ne semble pas susciter son enthousiasme. Le rapport de la commission Mobilité 21, qui avait été chargée de faire le tri dans les grands projets d'infrastructures, a souligné ces ambiguïtés : la réalisation du tunnel de base du Lyon-Turin avait été exclu du périmètre d'analyse de la commission, au motif justement que le dossier était couvert par un accord international. Mais la commission a tout de même examiné la seconde phase du chantier, qui consisterait à rénover l'accès ferroviaire côté français, pour un coût de 8 milliards. Et concluait qu'elle «  n'a pas pu s'assurer que les risques de saturation qui justifient la réalisation du projet interviendraient avant les années 2035 à 2040 », renvoyant donc la réalisation de ces travaux à cette échéance.

Plus largement, le rapport de la commission Mobilité 21 a servi de base pour définir cet été la doctrine du gouvernement en matière d'infrastructures : fini le « tout-TGV », priorité à la rénovation des lignes existantes et au train du quotidien. Des orientations par rapport auxquels le projet du Lyon-Turin semble en complet décalage. De surcroît, la question du financement n'a toujours pas été résolue. Face à l'addition pharaonique de 25 milliards pour la totalité du chantier, les partisans du projet jouent la carte du phasage, en préconisant de réaliser en priorité le tunnel de base (8,5 milliards d'euros pour 57 kilomètres). Le gouvernement l'a déjà précisé, l'obtention d'un financement maximal de 40 % de la part de l'Union européenne pour ce chantier est une condition sine qua non.

Mais même la part qui resterait à financer par la France pour le tunnel (2,2 milliards) reste largement sujette à caution. Au prix d'arbitrages impopulaires, le rapport de la commission Mobilité 21 a en effet établi une liste des infrastructures qu'il était possible et souhaitable de bâtir d'ici à 2030 en tenant compte des contraintes pesant sur les finances publiques. Mais le tunnel de base du Lyon-Turin ayant été exclu du périmètre d'analyse de la commission, il ne figure logiquement pas dans la liste.

Les chiffres

57 kilomètres
La longueur du tunnel qui serait percé entre Saint-Jean-de-Maurienne et Suse, en Italie, et qui permettrait, selon les partisans du dossier, de relancer le fret ferroviaire sur cette ligne.
8,5 milliards d'euros
Le coût de percement du tunnel, dont 2,5 milliards environ seraient supportés par la France.





Source : lesechos.fr

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #75 le: 26 août 2013 à 10:18:11 »
Lyon-Turin : les “accès français” déclarés d’utilité publique


Le Journal officiel a publié hier le décret déclarant d’utilité publique (DUP) la réalisation des “accès français” au tunnel transfrontalier de la liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. L’enquête publique s’était déroulée du 16 janvier au 19 mars 2012, l’avis favorable de la commission d’enquête avait été rendu le 2 juillet.

Ces travaux futurs s’étendent sur une vaste zone, du contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise jusqu’à Saint-Jean-de-Maurienne, point de départ de la section internationale qui, dans sa partie française, est déjà d’utilité publique depuis 2007.

Le décret qualifie les travaux d’« urgents », ce qui est une simple disposition administrative : cela permettra, le moment venu, d’accélérer la procédure d’expropriation des terrains si sa mise en œuvre est nécessaire. Dans les zones concernées, les terrains devront avoir été acquis par l’État, ou par l’entité maître d’ouvrage des travaux (Réseau ferré de France) dans un délai de 15 ans, ce qui laisse un peu de marge.

Le projet de RFF se décline en quatre phases, dont seules les deux premières étaient mises à l’enquête. D’abord, une ligne mixte de Lyon à Chambéry, qui pourra absorber via le tunnel de Dullin-L’Épine des convois de voyageurs, et aussi de fret, jusqu’à la réalisation de la seconde phase : une version provisoire à un seul tube, d’Avressieux à Saint-Jean-de-Maurienne, destinée au fret, via les tunnels sous Chartreuse, Belledonne et Glandon. En tout, cela représente 140 km de ligne, dont 86 en tunnel. Les phases suivantes, dont le passage de la liaison fret à un double tube, devront faire l’objet d’autres enquêtes.


Source : ledauphine.com

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #74 le: 21 juillet 2013 à 10:27:01 »
TGV Lyon-Turin : des affrontements samedi en Italie entre opposants et policiers


Selon les médias italiens, quinze personnes (treize policiers et deux manifestants) auraient été blessées lors de ces heurts qui se sont déroulés dans le Val de Suse dans le nord-ouest du pays alors que les opposants avaient appelé à un rassemblement la veille.

Ces affrontements ont également provoqué la fermeture pendant une heure de l'autoroute A 32 qui relie Turin à Bardoneccia en raison d'un incendie. A noter également que neuf personnes ont été interpellées à l'issue de ces nouveaux heurts qui se sont soldés par des jets de pierres contre les forces de l'ordre. Le 29 juin dernier, c'était en Haute-Savoie que 300 à 500 opposants au Lyon-Turin s'étaient rassemblés afin de se faire entendre sur ce projet très sensible depuis plusieurs mois.


Source : lyonmag.com

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #73 le: 24 juin 2013 à 17:28:05 »
Lyon-Turin : le projet de loi réexaminé à partir du 10 juillet


Le projet de loi validant l'accord entre la France et l'Italie du projet de tunnel Lyon-Turin devrait être réexaminé à partir du 10 juillet, annonce le site d'information Mediapart.

C'est la commission des affaires étrangères de l'Assemblée Nationale qui sera en charge d'approuver ou de modifier ce document concernant la réalisation et l'exploitation de cette nouvelle ligne ferroviaire.

Pour rappel, le coût du projet est estimé à au moins 25 milliards d'euros, dont 8,5 pour le tunnel de 57 kilomètres entre Saint-Jean-de-Maurienne et Suse, répartis entre l’Union Européenne, la France et l’Italie. L’UE pourrait en financer 40%, mais rien n’est acquis et les deux pays vont encore devoir convaincre.


Source : lyonmag.com

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #72 le: 06 juin 2013 à 13:09:34 »
Lyon - Turin : une visite de chantier pour soigner la com’


Alors que les critiques pleuvent sur le projet de LGV (trop cher et inutile, selon ses opposants), la société Lyon Turin Ferroviaire organisait une visite de chantier côté italien, mardi.

Il s'agissait de rendre compte de l'avancée des travaux de percement d'une galerie de reconnaissance, située grosso modo sous la commune de Chiomonte, dans le val de Suse, à quelques kilomètres seulement de la frontière française. Une fois ce chantier terminé, la galerie de la Maddalena, c'est son nom, doit permettre aux géologues de s'assurer que le futur tunnel ferroviaire (dans lequel circulera le train entre Saint-Jean-de-Maurienne et la ville italienne de Susa) pourra être construit, à proximité, et sans encombres. A terme, le trou dans la montagne sera conservé, pour des raisons de sécurité.

Le directeur général de Lyon Turin Ferroviaire, Marco Rettighieri, n'a pas manqué l'occasion de se féliciter de l'avancée des travaux : "un chantier complètement normal", somme toute, affirme-t-il dans le Progrès ce mercredi.  Reste que 120 policiers et militaires se relaient nuit et jour pour surveiller le site, qui a été la cible d'une attaque au cocktail Molotov le mois dernier, de la part d'opposants radicaux au projet. Le chantier, qui a débuté en novembre 2012 avec cinq ans de retard, serait désormais "en avance". 120 mètres ont été creusés ; à terme, la galerie mesurera... un peu plus de 7 km de long.

Le dossier enfin étudié à l'Assemblée ?

Le ministre italien des Transports s'est rendu sur place le 23 mai dernier ; selon le Dauphiné Libéré, le gouvernement transalpin doit examiner "dans les jours qui viennent" l'accord franco-italien signé le 30 janvier 2012 à Rome. Le projet de loi qui en découlera sera ensuite examiné par les parlementaires. Leurs homologues français devraient eux aussi se pencher sur cet accord, "presque en même temps". Sans ce vote des deux côtés de la frontière, le promoteur de l'ouvrage ne peut toujours pas être désigné. Le chantier du tunnel proprement dit doit commencer en 2014 ou en 2015 ; il devrait durer, si tout va bien, jusqu'en 2023.


Source : lyonmag.com

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #71 le: 05 juin 2013 à 15:29:41 »
Le projet du Lyon-Turin ferroviaire avance désormais côté italien


C'est le message de LTF, la société franco-italienne, en charge des études et du percement des galeries de sécurité, en attendant le percement du tunnel international. LTF a organisé une visite de la galerie de reconnaissance hier, mardi.

Depuis 2010, les 3 galeries sont terminées côté français en Maurienne.

Reste LA galerie de la Madaléna côté italien, à Chiomonte qui a pris près de 6 ans de retard. Le percement a finalement débuté en novembre dernier sous haute surveillance policière. Hier, la société avait invité les représentants des 2 gouvernements, Mario Virano et Louis Besson et les médias français et italiens à venir constater l'avancée des travaux. Le directeur italien de LTF a même annoncé que le chantier avait 6 mois d'avance sur les prévisions.

Mais ce n’est pas vraiment un chantier comme les autres, compte tenu du nombre de  policiers et autres carabinieri en poste, des militaires qui contrôlent les entrées du chantier, de la hauteur des grillages et des barbelés qui entourent le chantier de 7 hectares situés sous le viaduc de l'autoroutere entre le tunnel du Fréjus et Turin.
Une 100aine de membres des forces de l'ordre se relaient toutes les 24h sur place.

120 personnes travaillent là. Des ouvriers qui disent-ils, se font discrets quand ils quittent le chantier. Ils avancent dans la galerie à la vitesse d'environ 1 à 2mètre par jour en attendant en septembre l'entrée en action du tunnelier qui creusera environ 20m par jour. L'important hier était bien de montrer l'avancée des travaux en dépit de l'opposition.


Source : francebleu.fr

Hors ligne Zuki

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 14986
  • Sexe: Homme
    • F T Z - Forum Train Zuki
LGV Lyon - Turin [ Tunnel Lyon-Turin ]
« Réponse #70 le: 20 mai 2013 à 08:52:19 »
La liaison ferroviaire Lyon Turin remise en cause


Cela fait plus de vingt ans qu’on parle de ce projet, mais cette liaison ferroviaire entre Lyon et Turin, initiée dans les années 1990 par François Mitterrand et remise au goût du jour dernièrement par François Hollande est quelque peu mise à mal en raison de la crise économique et risque de faire partie d’ici quelques temps des grands projets d’utilité publique inutiles.

Initialement, l’objectif de ce projet était de relier Lyon à Turin en 2 heures et de permettre au TGV Paris-Milan d’être très attractif par rapport à l’aérien, avec une durée prévue entre 4 heures 30 et 5 heures. Contribuer à mettre les camions sur les trains pour désengorger les flux de poids lourds de plus en plus nombreux dans les Alpes, devenait une exigence écologique de premier ordre, mais à l’heure actuelle le financement de cette infrastructure pose problème.

L’Europe a déjà payé  50 % des travaux préparatoires de ce tunnel international et la France et l’Italie qui sont les deux pays concernés par ce projet, attendent une nouvelle aide européenne de 40 % pour la réalisation du tunnel de 57 km à travers les Alpes, mais cette aide n’est toujours pas acquise et la France comme l’Italie vont devoir débourser plusieurs milliards d’euros pour le projet global. Ce qui tombe très mal actuellement dans un contexte de maitrise des dépenses publiques. Surtout que la Cour des comptes en France, met l’accent sur le fait que le coût prévisionnel de ce projet fixé au départ à 320 millions d’euros a désormais explosé en passant à plus de 900 millions d’euros.

On peut se poser la question de savoir si ce projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin est-il toujours aussi pertinent ? De plus, que certaines études spécialisées, mettent en évidence que le risque de saturation des infrastructures existantes, n’est pas pour l’instant à l’ordre du jour, puisque cela n’est envisagé qu’à partir de 2035, de quoi voir venir et peut être utiliser la ligne existante qui passe par le tunnel du Mont-Cenis, qui vient d’être remise aux normes et qui reste trop sous exploitée.

Face à tout cela, il est peut-être préférable de ne pas précipiter les choses et de revoir l’intérêt majeur de ce projet, même si le gouvernement actuel demeure inflexible et pense qu’il est inconcevable de renoncer à cette ligne ferroviaire Lyon-Turin.


Source : come4news.com

 

* Recherche Rapide


* Calendrier

Avril 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22  23  24 25 26 27
28 29 30

  • - Fêtes -
  • holiday St Georges

* Change